Big Island (Hawaii)

Photos et récits de voyage sur de Big Island (Hawaii)

24 Juillet 2008 – Big Island

 

 Rendu à l’aéroport, nous avons fait du ‘’Hichhicking’’ pour se rendre à la première Auberge de jeunesse du coin. Rendu à l'auberge de jeunesse, nous avons essayé de trouver sur Internet une ferme qui engageait des jeunes histoires de faire un peu d'argent tout en voyageant. Nous sommes allés en visiter une, c'était d'une saleté incroyable je n'avais jamais vu cela. Les mouches étaient partout dans la cuisine, les chats pouvaient y accéder aussi et il y avait de la nourriture un peu partout, j'étais assourdi. Il faut dire, que c'était une ferme organique. Peut-être que c'était leurs moyens et eux de vivre. Nous sommes revenus pour le souper à l'auberge. Par après, nous sommes partis les trois dans un petit par, prêt de la mer pour relaxer un peu sous les étoiles. Nous avons rencontré à s'être endroits, ‘’deux locals’’ dont un qui s'appelait Mike. Il nous proposa d'aller faire du surf le lendemain matin avec lui. Nous acceptâmes l'invitation.

 

Le lendemain matin, Mike vint nous chercher à neuf heures du matin en Pickup et nous emmena à un endroit secret pour faire du surf. Je ne saurais vous dire l'endroit précisément, car j'étais encore un peu endormi. Par la suite, nous sommes allées à une autre petite plage faire un pique-nique : des chips et de la bière ! En soirée, Mike nous a amené à Kolekole Beach Park pour finalement décider d’y rester à coucher. Mar est moi avons décidé de dormir dans la boite du Pickup à Mike.

 

Le lendemain matin, John se réveille et ne trouve plus son sac ! Je vais dire à Mike la mauvaise nouvelle est celui-ci commence à aller interroger les 4-5 personnes qui avaient sur le campement peu surveiller, voire même sans surveillance. John de son côté, commence à regarder à l'intérieure des tentes des ‘’locals’’ et des touristes.  Lorsqu'il crû qu’il ne retrouverait pas son sacs, il vit à l’intérieur d’une tente non-explorée un sac de vidange noir, il demande donc au propriétaire de la tente de lui montrer le contenue, mais l’homme refusa catégoriquement. Mike arriva donc sur les lieux de la discussion, et s'en hésiter une seconde, ouvrit la tente et sortit le sac de vidange pour ensuite voir tomber sur le sol tout le contenu du sac à John. Mike lâcha aussitôt le sac, pour empoigner l'homme en question. Il l’étampa près du mur et il lui demanda où était le reste du contenu du sac à John ainsi que son sac. Il finit par nous donner le tout. Mike, par la suite, prit le porte-monnaie de l’homme en question pour y retirer une somme d’environ 150 $, tout en lui disant de ne plus faire ce qu'il n'aime pas se faire faire! Après ce fâcheux incident, nous décidâmes de quitter ce camping pour aller dans un autre endroit nommé Isaac Hale Beach Park. Nous avons décidé de coucher cet endroit.

 

Le lendemain matin, Mar et moi sommes réveillés assez tôt tandis que John et Mike faisait toujours dodo, car ils étaient allés en ville faire le party. Lorsque Mike se réveilla, il nous dit qu'il avait rencontré hier soir une fille qui l’intéressait beaucoup. Il nous dit qu’ils s’étaient donné rendez-vous sur une plage de nudiste à l'est de l'île. Il nous invita donc à venir avec lui ! Après ce beau moment passé sur cette plage de nudiste, Mike, John, Mar et moi sommes parti au Hot Pond. Cet endroit est fameux sur Big Island, car c'est un immense bassin d'eau chauffée par la vapeur volcanique. En soirée, Mike est allé chez Oshi – c’est la fille ! -pour revenir aux petites heures du matin.

 

La journée suivante, nous avons déjeuné avec du riz, des sardines, du ‘’spam’’ et du ‘’corn beef’’… Rien de vraiment excellent ! Par la suite, nous avons fait nos bagages pour ensuite aller chercher Oshi chez elle. Rendus à sa demeure, elle nous proposa d’aller faire de la plonger en apnée dans le sud-est de l’ile pour ensuite allés voir le volcan en éruption. Lorsque nous sommes arrivés sur les lieux, soit l’endroit pour faire de la plongé en apnée, nous sommes restés silencieux pour exprimer notre adoration. C'était d’un bleu éclatant avec plusieurs petits bassins où la vie sous-marine étant encore vierge. Nous y sommes restés assez longtemps seulement histoire de prendre du soleil et de nager avec les milliers de poissons exotiques.  Après quelques heures d’extases, nous sommes finalement partis à la conquête du volcan ! Lorsque nous sommes arrivés sur les lieux il pleuvait. Nous avons attendu un petit peu dans la voiture espérant que la pluie n’arrête, mais en vain. Nous avons donc décidé d'y aller avant qu'il ne fasse trop noir. En arrivant au volcan, il faisait déjà sombre, mais toutefois le volcan était bien en irruption. Nous devions rester à une distance de 1.3 miles de celui-ci dû au danger encouru. Après une heure sous la pluie, nous étions tous fatigués et gelés, alors nous avons donc décidé de retourner à la maison d’Oshi se sécher un peu. Elle nous invita, Mar, John et moi, ainsi que Mike, bien évidement à coucher chez elle. Nous acceptâmes sur-le-champ !

 

Le lendemain matin, nous sommes partis assez tôt, faire une randonnée pédestre. Tout au long de notre expédition, nous trouvâmes de la canne à sucre, de la papaye et du Lilikoi, soit le fruit de la passion. Rendus en haut, nous avions une vue imprenable. 160° de verdure! En soirée, nous sommes allés coucher chez Mike. Il nous présenta à sa mère hippie, qui nous proposa d’aller voir un film à 1 dollar. Nous étions de retour à Hilo.

 

Le lendemain matin, comme tous les autres matins, nous sommes levés tôt. Toutefois cette journée-ci, nous avons décidé de relaxer. Penny, la mère de Mike, nous proposa de partir le jour suivant avec elle dans des cabines au nord de l’île. Nous n'étions pas certains, mais nous força presque. Nous sommes donc allés avec elle acheter le permis de Camping pour ces fameuses cabines. Nous n'étions pas encore partis avec elle et elle nous tombait déjà sur les nerfs… Elle ne faisait que parler de drogues, d'anciennes histoires d'ivrognes et de soûleries. En soirée, Mar et moi-même sommes partis écouter un autre film à 1 dollar.

 

La journée suivante, Penny nous a réveillées à six heures du matin pour être certaine de ne pas manquer l’autobus à neuf heures. Nous sommes donc allés par la suite, acheter de la nourriture pour le souper ainsi que deux bouteilles de vin. Ce qui est ironique avec cette madame, c’est son nom est Penny, soit la définition d’une cent américaine et qu’elle n’ait jamais d’argent sur elle. Nous avons dû tout payer, ainsi que la cabine… Nous avions plus de plaisir d’en rire que d’en pleurer ! Donc ‘’Notre Cent’’ trouvait qu’il n’y avait pas assez de vins pour ce soir… donc nous avons acheté une bouteille de plus à son grand d’désarroi ! Après notre épicerie, nous sommes allés prendre l'autobus qui était considérablement bondé pour arriver vers 2 heures à notre destination finale. Dès que nous sommes arrivés  à notre cabine, Penny ouvrit une bouteille de vin sans demander quoi que se soit à personne… Et trinqua à notre santé ! Après un certain point, ce n'était plus désagréable, mais seulement très drôle. Lorsque la bouteille fut terminée, soit 10 minutes plus tard, nous sommes partis en direction d'une plage peu touristique. Rendus sur place, notre guide fut triste de constater que cette plage était rendue désormais contrôler par des ‘’lifeguards’’, donc plus de hippies saouls et gelés comme elle nous l’avait si bien expliquée. En soirée, nous avons joué un peu de musique tout en buvant à notre vin.

 

Le lendemain matin, Penny devait partir pour je ne sais quelle raison, mais cela fit du bien. Vers 11 heures, nous sommes partis prendre l'autobus en direction de Kona. Rendus à Kona, un monsieur nous a déposé à Ho’okena Beach Park où nous décidâmes de rester pour la nuit. Nous avons donc relaxé à cet endroit pour ensuite monter notre campement. En soirée, nous avons rencontré deux québécois qui venaient juste d'arriver et essayaient en vain de trouver un endroit pour faire du surf.

Le lendemain matin, c'est deux québécois nous proposèrent d'aller nous déposer près de l’aéroport.  Durant ce temps, John était resté au campement pour surveiller nos affaires. Rendus à l’aéroport, Mar et moi avons essayé de trouver le meilleur prix pour une voiture économique, mais le moins cher était une location pour 4 jours à 300 $. Nous l'avons donc prise, car cela est indispensable sur Big Island tellement l’île est grande. Nous avions été chanceux d’avoir rencontré Mike et Oshi auparavant. Nous sommes donc revenus à notre camping vers quatre heures de l'après-midi. En soirée, nous avons parlé avec une mère et sa fille qui venaient du nord de l'île, soit dans la région de Waipi’o Valley. Elles nous dirent qu’il était possible de nager avec les dauphins sauvage si on le désirait et ce, tout à fait gratuitement. Elles nous expliquèrent où était l’endroit en question et quand s’y présenter.  En soirée nous prîmes un peu de bière pour ensuite aller se coucher, car la journée suivante ne serait pas de tout repos.

 

Nous nous sommes levés à six heures du matin pour se rendre à Kealakekua Beach Park, l’endroit précis pour pouvoir nager avec les dauphins sauvages. Mais avant tout, nous fîmes nos bagages. Rendus à  Kealakekua Beach Park, nous enfilâmes nos masques et nos palmes préalablement achetés pour ensuite, se dirigés dans cette baie où les dauphins viennent tous les jours s’amuser. Après 30 minutes de nage intensive, nous étames au centre de la baie lorsque que soudain, des ailerons sortirent de l’eau. Pendant un instant je cru au pire… Nous avons donc joué avec ceux-ci durant une bonne heure pour ensuite revenir à la voiture. Ce moment fût un moment fort de mon voyage comme pour Mar et John. Par la suite, nous nous sommes arrêtés dans une ferme organique qui produisait du café. Un employé nous fit visiter la ferme tout en expliquant le processus d’un grain de café avant qu’il ne soit dans vos tasses ! Très intéressant, mais ce sera pour une autre histoire ! Après cette escale brève, nous avons décidé de se rendre au South Point de l’île, soit Ka Lae. Rendu à Ka Lae, nous avons découvert un endroit rocheux avec plusieurs trous créés, il y a longtemps de cela, par la mer. Par la suite, nous nous sommes dirigés vers la plage : Green Sand Beach. Comme le nom l’indique, le sable sur cette petite plage au sud de l’île Big Island est vert. Nous nous sommes baignés pour finalement revenir vers 4 heures de l’après-midi. Il commença à pleuvoir à ce moment. Puisque nous n'avions pas d'endroit pour dormir, nous avons décidé de se rendre à Kilauea, dans la réserve d’Hawai’i Volacanoes National Park, pour y faire notre campement. Nous sommes arrivés vers huit heures du soir pour faire notre campement dans la noirceur pour ensuite, manger et aller se coucher.

 

Le lendemain matin nous sommes retournés à Hilo pour acheter des permis de camping pour 2 nuits à Spencer Beach, mais avant de s’y rendre nous avons rencontré de nouveau Mike et Oshi. Celle-ci nous réinvita à dormir chez elle histoire de sauver de l’argent. En après-midi, nous sommes allés acheter de la bière pour ensuite se diriger vers Mauna Kea, la plus haute montagne du monde au niveau de la mer ! La route était longue pour s’y rendre, mais agréables grâces à une petite bière de route ! Rendu à un certain niveau sur la montagne, il était nécessaire de s'y arrêter au moins 15 minutes pour s'habituer à l’oxygène manquant. Après ces 15 minutes il était impossible de continuer en voiture de location, car la route était beaucoup trop accidentée et cahoteuse. Nous avons donc fait du pouce pour se rendre au sommet. Nous étions à une hauteur de 13,769 pieds ! Il n’y avait ni végétation, ni mouche, rien, seulement du vent froid. Ce qui ponctuait le paysage était d’immenses satellites pour observer les étoiles. Nous pûmes en visiter un ! Nous sommes restés jusqu’au coucher du soleil pour y observer la magnificence qu’un soleil peut donner à un paysage… C’était à couper le souffle.  Après s’être gelés bien comme il le faut, nous sommes repartir en direction de chez Oshi. En descendant la route qui mène à Mauna Kea, nous avons pris connaissance d’une indication qui disait ceci : ‘’Beware of the invisible cows’’… Étrange…  Rendu chez Oshi, nous avons mangé et sommes allés dormir par après.

 

Comme je l'ai déjà dit dans le récit, nous n'avons pas le temps de chômer à Hawaï. Nous sommes donc levés à sept heures du matin et nous sommes partis à Waipi’o Valley. La route était longue, mais heureusement la musique était bonne et le soleil nous réchauffait. Rendus à Waipi’o Valley, comme la journée d'avant, il était nécessaire de laisser notre voiture derrière, car la route devenait trop escarpée et dangereuse. Rendus dans la vallée, deux choix s'offraient à nous, aller relaxer sur la plage ou se rendre à un endroit touristique pour y voir une chute. Nous décidâmes de prendre le troisième choix, c'est-à-dire de suivre la petite rivière jusqu’à temps d'arriver à la chute. Cette randonnée prit environ trois ans leur pour seulement s'y rendre. Durant la randonnée il était nécessaire de manger dans d'immenses bassins d'eau et de porter sur notre tête nos sacs d’expéditions. Nous étions en contact avec une nature dont personne ne soupçonnait. Il y avait des Lilikoi partout, des mangues, de la papaye, voir même du gingembre ! C’était incroyablement beau ! Nous sommes revenus de cette de l'expédition vers cinq heures du soir pour se diriger vers Spencer Beach pour y camper.

 

Le lendemain matin nous avons dû se lever vers 5 heures du matin, pour aller porter la voiture à l’aéroport. Après avoir effectué cette manœuvre, nous avons attendu notre vol en direction de Kaua’i.