Culture de Hawaii

Le HULA

 

L'âme d’Hawaii est sans contredit le Hula. Le Hula est exprimé en mouvement. Personne ne connait ses origines exactes, mais les Hawaïens s’accordent pour dire que le premier Hula fut dansé été par un dieu ou une déesse d’où son un rituel sacré.

 

Malgré les sources, certains croient que le Hula était dansé seulement par les hommes, mais la légende et les sources historiques nous racontent que les femmes dansaient autant que les hommes. Le Hula hawaïen est unique et totalement différent des autres danses polynésiennes. Même si elle a commencé d’un culte lors de cérémonies religieuses, la danse a progressivement évolué vers une forme de divertissement.

 

Chaque mouvement de Hula a une signification particulière ainsi que chaque expression de la main de la danseuse. Chaque mouvement et geste ont une grande importance. Les mouvements du corps d'un ou d’une danseuse peuvent représenter certaines plantes, certains animaux ou même de certaines guerres. Par exemple, en imitant un requin ou en s‘agitant comme un palmier dans le vent, le ou la danseuse de Hula croit qu'il ou elle devient le requin ou de palme.

 

Les chants accompagnent les mouvements et aident à raconter l'histoire que vit le ou la danseuse. Traditionnellement, ce n'était pas les mains du danseur, mais les mots qui racontait le plus l’histoire. Aujourd'hui, parce que peu de gens comprennent la langue et les chants hawaïens, l'accent a été mis sur les mouvements et les gestes.

 

Les costumes des danseurs antiques se composait de lei pour la tête et les épaules, un Pau ou jupe (faite de tapa), et un kupea ou bracelets de cheville fabriqués à partir de dents de chien ou des os de baleine.

 

Parce que c'était une danse religieuse, la formation des anciens danseurs de Hula à Hula Halau (école de Hula) était très stricte. Les élèves suivaient des règles de conduite élaborées (kapu) et devaient obéir à leur maître (kumu). Par exemple, les danseurs ne pouvait pas se couper les cheveux ou les ongles, certains aliments étaient interdits et aucune relation sexuelle n’était acceptée. Un délégué, choisi par les élèves, était en charge de la discipline à l’école.

 

Les étudiants dansaient sur une plate-forme avec un autel dédié à Laka, décoré des vignes et des fleurs. À l’obtention de leur diplôme, les élèves avaient une cérémonie spéciale et un protocole strict à respecter. Les étudiants diplômés restaient à l’école et répétaient pendant plusieurs jours leurs rituels. Il y avait une fête de graduation avec un porc et, enfin, le démantèlement de l'autel suivie par la fin de la kapu. L’école Hula Halau aujourd'hui est similaire à celle du passé.

 

Certains Halau se trouvaient dans une heiau (temple), dans une zone réservée au Hula. Un des plus connus Halau peut être trouvé à Kee, près de Haena sur la Rive-Nord de Kauai.

 

Le Hula kahiko (vieux style) est réalisée en costume traditionnel pour accompagner le chant et les percussions seulement. Hula auana (style moderne) est accompagnée de chants, ukulélés, guitares et autres instruments avec des danseurs en costumes imaginatifs.

Pendant le 19ème siècle, le Hula a presque disparu parce que les missionnaires considéraient cette pratique vile et possédée. Toutefois, le roi David Kalakaua fut considéré comme le sauveur de cette danse, car au cours de la fin des années 1800, il a formé sa propre troupe et a encouragé les danseurs à apprendre le Hula ancien.

 

Aujourd'hui, plusieurs centaines de Halau Hula, école de danse polynésienne, ainsi que des groupes moins formels sont actifs sur toutes les îles et le continent. L'enseignement du Hula à des milliers de gens contribue à conserver la culture traditionnelle hawaïenne ainsi que ses rituels.